Previous month:
août 2008
Next month:
juillet 2009

Le Noël de Clementine

Clémentine portait le nom de cette agrume, au parfum subtil et à la couleur chaleureuse, parce qu’elle était née un jour de Noël.

C’est l’orange, le symbole de Noël ?                        Clementine_72_764

Vous voyez un bébé, puis une jeune fille, une femme, s’appeler orange ?

Clémentine lui convient beaucoup mieux.

En cette soirée de Noêl, donc, Clémentine se préparait à se rendre à une soirée, à laquelle elle était conviée. Elle prévoyait de bien s’amuser, et prenait plaisir à se préparer, se coiffer, se maquiller, choisir des vêtements, des chaussures,  dans lesquels elle se sentirait à l’aise.

C’est là, que, devant le miroir, elle revit la Clémentine du Noël précédent.

Une Clémentine seule, qui venait de perdre un travail et un fiancé, quasi en même temps, et qui avait refusé de voir des amis, ce soir là, pour rester seule à ruminer son chagrin, se convaincre qu’elle n’était pas douée pour réussir, se racornir sur ses problèmes de tous ordres.

C’est alors, (avait-elle rêvé?), qu’était apparue la fée de Noêl !

Celle-ci prit le temps de l’écouter, de lui redonner confiance en elle, et lui demanda simplement d’écrire ce que serait, pour elle, une journée idéale.

Clémentine trouva cela un peu simplet, mais comme elle n’avait rien de mieux à faire, en cette nuit de Noêl, elle prit un cahier et commença à écrire ce que serait pour elle une journée idéale.

Puis elle oublia ce cahier, mais les jours suivants, se mit à réfléchir à ce qui avait vraiment du sens pour elle, dans la vie ; elle lista ses compétences pour les envisager sous un autre regard, et trouver de nouvelles activités, dans des univers où elle se sentirait à l’aise ; elle rencontra des gens positifs, pleins d’énergie, avec qui partager, des informations, des projets, des moments de détente, simplement aussi.

Et en ce nouveau soir de Noël, elle ressortit le cahier … et devinez quoi ?

La journée idéale, qu’elle avait écrit, un an plus tôt, c’était quasiment une journée de sa vie d’aujourd’hui !

Elle remercia, à voix haute, la fée de Noël, qui sait si bien aider celles et ceux qui en ont besoin.

Conte de Zia Chiara

 


Scotty, Peintre de l'Univers

Dans la forêt, près d’un lac, Scotty le petit écureuil, rêvait souvent, à ce que serait sa vie idéale : des montagnes de noisettes, sans avoir à aller les chercher, une maison dans un arbre en or, aux murs couverts de diamants, brillants comme des miroirs, un hélicoptère personnel pour monter en haut de l’arbre sans se fatiguer, des pierres précieuses, taillées en forme de noisettes, pour offrir à la jolie Giulia, une limousine rallongée pour ne pas avoir à aller « à pattes » de son arbre au bord de l’eau…

Un jour, au bord du lac, il trouva un chevalet, une palette de peintures, des pinceaux, des papiers… que quelqu’un avait du oublier là.

Emerveillé par ces couleurs chatoyantes, Scotty eut envie de peindre, et il se mit à peindre les objets de ses désirs.

Devinez quoi ? Dès qu’un objet était fini, il se matérialisait hors du papier, pour devenir réalité ! Scotty exultait !

Mais Scotty devint gros, à force de ne plus aller chercher les noisettes, ni grimper en haut de l’arbre, ni courir jusqu’au lac…

Sa maison l’éblouissait tellement qu’il n’arrivait plus à trouver le sommeil…

Et Giulia repoussa ses présents, elle préféra le joli collier de noisettes, aux reflets chatains, que lui offrit Johnny, avec qui elle partageait maintenant sa vie…

La vie de Scotty était devenue triste et ennuyeuse !

Il retourna au chevalet, et réfléchit à ce qu’il avait envie de dessiner, pour que cela se matérialise dans sa vie.

Il dessina des dauphins, en train de jouer et faire des cabrioles … et ils se matérialisèrent dans son lac ! Devenant pour Scotty des amis de jeux.

Il dessina de vraies noisettes, pour les partager avec les autres écureuils, quand l’hiver est rude, et reçut en retour leur amitié, et toutes sortes de marques d’affection.

Enfin, il dessina une petite écureuille, prénommée Scotta, avec qui partager une maison en bois, au creux d’un vieux chêne, jouer avec les dauphins et les autres amis de la forêt …

Scotty avait appris que nos rêves se réalisent, si on les peint suffisamment précisément, et qu’il faut choisir nos rêves judicieusement !

Conte de Zia Chiara

 


Le Beau Jour

Le chat régnait depuis longtemps sur la maison.

Il avait son coussin, son plat, et même… son fauteuil préféré.

Chaque jour était un beau jour.                      Chat_72_ 256

Ses maîtres lui laissaient la maison pour lui seul la journée, et il aimait retrouver leur compagnie pour la soirée, ainsi que les câlins qu’ils lui prodiguaient avec largesse.

Un jour, c’était un samedi, et, pour le chat, ce n’était pas un beau jour.

Ses maîtres arrivèrent sans plus s’occuper de lui : leur attention était accaparée par une petite boule de poils noirs et blancs,  qui courait dans tous les sens en poussant de joyeux jappements.

Le petit chien arriva vers le chat, et lui  donna un grand coup de langue, en signe d’amitié … mais reçut un coup de griffe en retour.

La statut-quo dura, chacun ignorant l ’autre. Il n’y eut plus de beaux jours.

Jusqu’au jour où un gros doberman, s ‘attaqua au chat, qui se prélassait dans le jardin. Le petit chien noir et blanc comprit, et vint à la rescousse du chat, car, après tout, il faisait partie de la famille.                             

   Chien_2_72_ 357

A eux deux, ils réussirent à tromper le doberman, et à rentrer, tous les deux, dans la maison.

Chien et Chat comprirent combien c’est agréable d’avoir un ami, et ce fut le plus beau jour.

Conte de Zia Chiara