Previous month:
janvier 2007
Next month:
avril 2007

DRAGGY

Le bébé dragon, nommé Draggy, sortit de son œuf, et ses parents virent qu’il était vert.

Alors que ses parents et tous les autres bébés dragons de la couvée étaient rouges.

Sa famille l’aimait, certes, mais il y avait toujours quelqu’un pour lui rappeler sa différence.

« Toi qui est tout vert, tu auras du mal à cracher le feu ».

« Toi qui est vert comme une grenouille, comment pourrais-tu représenter la sagesse ».

« Tu ne pourras pas participer au défilé de nouvel an, car tous les dragons y sont rouges ».

Le petit dragon pleurait, car ce défilé était le plus grand moment de la vie d’un dragon : il marquait le début de son année, où il apporterait tant de choses bénéfiques aux humains.

C’était l’essence même d’être dragon.

La dame du lac, au bord duquel se trouvait le petit dragon vert lui dit :

« arrête de pleurer, et regarde toi dans le miroir de mes eaux ; regarde comme ta couleur verte est originale et seyante ; toi seul la porte et pourra l’offrir en cadeau aux autres et aux humains »

« Draggy se regarda dans le miroir et se dit : j’aime mon image, elle est unique et mes yeux bleus me plaisent beaucoup. »

Et Draggy fut la vedette du défilé, fêté et félicité.

« J’aime mon image dans le miroir et ma vie devient   meilleure ».

Conte de  Zia Chiara

Claire Doutremepuich


LES MIROIRS

Enfant perdu,

Daniel ne supporte pas son nez, qu’il trouve trop gros, trop tordu…

Ce fardeau lui pesait:

Il voulait absolument s’en débarrasser.

Devenu grand, il y réussit.

Daniel supprima tous les miroirs dans sa maison.

Il ne vit plus personne.

Il devint informaticien, travailla de chez lui, se fit livrer ses provisions, ses courses.

Un jour, ce fut le gros bug informatique.

La société qui l’employa le somma de se rendre à son siège, pour réparer le système central.

Daniel dut se résoudre à sortir.

Le Hall de l’immeuble était intégralement recouvert de miroirs : le choc !

Daniel dut se voir, ici et là, partout.

Il releva la tête, car cela ne servait plus à rien de se cacher. Se voir reflété ainsi, le déconcerta, puis l’amusa, et il éclata de rire.

C’est un homme sûr de lui et confiant, qui s’attaqua au problème, remit en service le système, et se vit offrir un poste intéressant et bien rémunéré.

Conte de Claire Doutremepuich


LA MAGICIEN DES PEURS

Il était une fois, un homme qui s’appelait le Magicien des Peurs.         

Ceux qui entreprenaient un long voyage pour le rencontrer espéraient ainsi voir disparaître toutes les peurs qui les habitaient.

Au retour de ce long voyage, nul ne voulait révéler ce qui s’était passé, jusqu’au jour où un enfant révéla le secret du Magicien des Peurs.

« Derrière chaque peur, il y a un désir. Nous passons notre vie à cacher nos désirs, c’est pour cela qu’il y a tant de peurs dans le monde ».

Un homme décida de mettre en difficulté le Magicien des Peurs : en lui demandant de l’aider à vaincre sa peur « j’ai peur de mes désirs ».

- quel est ton désir le plus terrifiant ?

- j’ai le désir de ne jamais mourir.

- c’est un désir terrible et fantastique ; quelle est la peur qu’il y a en toi, derrière ce désir ? car derrière chaque désir il y a aussi une peur qui s’abrite.

- j’ai peur de ne pas avoir le temps de vivre toute ma vie.

- et quel est le désir de cette peur ?

- je voudrais vivre chaque instant de ma vie de la façon la plus intense, la plus vivante.

- voilà donc ton désir le plus redoutable.

« Ecoute moi, prends bien soin de ce désir précieux, unique. Si tu respectes ce désir, tu ne craindras plus de mourir. Va, tu peux rentrer chez toi.

Car chacun peut devenir le magicien de ses peurs, s’il s’emploie à découvrir le désir qui se cache sous chacune de ses peurs. A condition d’accepter que tous les désirs ne soient pas comblés, d’apprendre la différence entre un désir et sa réalisation. Nul ne sait à l’avance lequel de ses désirs sera seulement entendu, lequel sera comblé, lequel sera rejeté, lequel sera agrandi jusqu’au rire des étoiles ! C’est cela le grand secret de la vie : d’être imprévisible, jamais asservie, et aussi immensément généreuse et ouverte aux désirs des humains.